Q comme Quartier Napoléonien

plan Varcollier detail ville nouvelle

Plan de la ville Nouvelle réalisé par Marcellin Varcollier, architecte, 1862. (Archives municipales de Pontivy, 5Z1)

Le 17 septembre 1802, Napoléon Bonaparte demande que soit créé à Pontivy un pôle militaire et civil important. Dès lors plusieurs ingénieurs vont s’atteler à imaginer les plans de la future cité. Le sous-préfet de Pontivy, Gaspard de Chabrol de Volvic, réalise un plan s’inspirant de l’urbanisme des villes romaines. Sur ce plan, la ville s’organise autour d’une vaste place centrale sur laquelle sont regroupés, à l’image des forums romains, les principaux bâtiments publics (Hôtel de ville, sous-préfecture, palais de justice et tribunal).

FRAM56178_1N5_014_02

Projet de la maison Jouanno, 1865. (Archives municipales de Pontivy, 1N5/14)

La vieille ville est conservée et reliée à la « nouvelle-ville » par une rue, la rue Impériale (aujourd’hui rue Nationale). Une autre avenue la croise au niveau de la grande place centrale. Cette ensemble rappel fortement l’urbanisme romain antique, qui préconise l’organisation des villes autour de deux axes: le cardo et le décumanus qui s’entrecroise au niveau du forum. Le reste de la ville prend la forme d’un damier aux îlots rectangulaires.

Le plan de Chabrol est validé par l’Empereur à Milan le 10 mai 1805 et les travaux débutent dès l’année suivante. En raison de nombreuses péripéties, les bâtiments officiels ne seront achevés que 40 ans plus tard. Seuls la prison et la caserne sont terminées à la chute de l’Empire. La mairie – sous préfecture n’ouvrira ses portes qu’à partir de 1834 et le tribunal qu’en 1846.

La construction de l’espace résidentielle commence dès 1807. La municipalité se dote alors d’un règlement de construction drastique qui prévoit que chaque habitation devra disposer d’au moins un étage et de combles (deux étages pour les habitations construites sur la place d’arme). Chaque personne désirant se porter acquéreur d’un terrain dan la ville nouvelle doit proposer un projet de construction à la mairie (on peut retrouver ces dossiers dans les fonds des archives aujourd’hui).

FRAM56178_1N5_043_001

Projet de la maison Madre, refusé par le conseil municipal, 1888. (Archives municipales de Pontivy, 1N5/43)

La construction de l’espace résidentiel va durer jusqu’à la veille de la Seconde guerre mondiale. Elle est très lente dans la première moitié du XIXe siècle. Ce n’est finalement qu’avec l’essor que connaît la ville avec l’arrive du chemin de fer dans les années 1860 que sa construction se développe.

Cette lenteur de développement a donné à la ville une grande variété de styles architecturaux et de matériaux. On y trouve aussi bien des immeubles que des maisons, des habitations en pierre de taille que des habitations en moellons recouvertes de chaux, des briques, du bois… la rue Nationale est occupée par des maisons d’inspiration néo-classique alors que les rues parallèles, occupées plus tardivement, regorge d’habitations de styles art nouveau (1880-1914) et parfois art-déco (1920-1939).

Les dossiers de construction soumis au conseil municipal sont conservés aux archives municipales. Les plans des habitations sont en cours de numérisation et une partie d’entre eux est d’ors et déjà accessible en ligne.

1N5 Ville nouvelle

FRAM56178_1N5_083_02

Maison Duclos, 1902. (Archives municipales de Pontivy, 1N5/83)

 

Les commentaires et pings sont clos.