Lutte contre la précarité énergétique : le dispositif pontivyen

Compteurs électriques Pondi Electreau

Les récentes annonces d’augmentation des tarifs énergétiques sont l’occasion de rappeler le dispositif pontivyen de lutte contre la précarité énergétique. Le dispositif d’aide Eau-énergie du Centre communal d’action sociale et le dispositif Pondi Electr’eau en place au centre social de Pontivy, visent à donner une réponse adaptée pour les foyers en difficulté.

En 2009, 215 dossiers de demandes d’aides eau et énergie ont été traités par le Centre communal d’action sociale, pour 178 demandeurs. Le dispositif est récent (juillet 2007) et vise à aider les ménages en grande difficulté qui ne pourraient pas faire face à leurs factures d’eau et d’énergie. Le montant total des aides engagé est stable entre 2008 et 2009 et s’élève à 40 000 euros. L’aide est plafonnée par demandeur. Les demandes concernent surtout des personnes seules ou seules avec un enfant.

L’action de la ville a vocation à favoriser une meilleure maîtrise de leur budget eau-énergie par les ménages, c’est la raison pour laquelle un module de prévention est complémentaire à l’aide. Il est assuré grâce aux outils de Pondi électr’eau et ses modules pédagogiques visibles au Centre social. Une manifestation grand public est également réalisée une fois par an.

Désormais le dispositif est étoffé avec une permanence Pondi électr’eau un demi-journée par mois. Cette permanence est réalisée en partenariat avec la Caisse d’allocations familiales pour conseiller de manière individualisée les ménages, afin qu’ils puissent réaliser des économies d’énergie et d’eau et gagnent en autonomie par rapport à leur budget.

En janvier 2010, un rapport national sur la précarité énergétique avait été remis au gouvernement. Le rapport mettait en évidence la spirale de la précarité qui conduit des premiers impayés aux problèmes de sécurité (chauffages d’appoint) et de santé (maladies respiratoires). En France, 3,4 millions de ménages sont considérés comme précaires vis-à-vis de leurs dépenses énergétiques car elles dépassent 10% de leurs revenus (la moyenne nationale s’établit à 5,5%).

Les commentaires et pings sont clos.