La peinture murale de la salle du conseil municipal restaurée

restauration

Les six étudiantes de l’Ecole de Condé, section restauration de peinture (Paris), ont achevé leur travail. Elles œuvraient depuis 8 semaines pour redonner son éclat originel à la peinture murale de la salle du conseil municipal réalisée en 1964 par l’artiste pontivyen Pierre Cadre. Retour en images sur un chantier d’envergure

 

 

 

Quelques altérations observées avant la restauration

Trous de cheville

Trous de cheville

Toile fissurée et décollée de son support

Toile fissurée et décollée de son support

 

 

 

 

 

 

 

Traces de coulures blanches

Traces de coulures blanches

Encrassement généralisé.

Encrassement généralisé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etape 1 : le nettoyage

Un gel nettoyant est appliqué à travers un papier de protection afin de limiter les frottements sur la couche colorée (à gauche). Le papier de protection est retiré (à droite). Le gel qui a absorbé la crasse, est enlevé à l’aide d’une éponge (en bas).

Un gel aqueux est appliqué à travers un papier bolloré afin de limiter l’apport d’eau et  les frottements sur la couche colorée (à gauche). Le papier est retiré (à droite). Le gel, qui contient alors la crasse, est enlevé à l’aide d’une éponge (en bas).

Une scène en cours de nettoyage

Une scène en cours de nettoyage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etape 2 : la consolidation du support

Un papier de protection a été posé pour stabiliser la zone. A l’aide d’une seringue, on injecte une résine thermoplastique sous la toile.

Un papier de protection a été posé pour stabiliser la zone. Une fois le papier sec, une résine thermoplastique est injectée sous la toile à l’aide d’une seringue.

 

La spatule chauffante active le produit. L’adhésion entre la toile et le support est rétablie, la zone fragilisée retrouve sa planéité.

La spatule chauffante réactive le produit. L’adhésion entre la toile et le support est rétablie, la zone fragilisée retrouve sa planéité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etape 3 : Mastics et retouches

Dans les zones présentant des lacunes (à gauche), la pose d’un mastic blanc (au centre) est nécessaire avant d’effectuer la retouche (à droite)

Dans les zones présentant des lacunes (à gauche), la pose d’un mastic blanc (au centre) est nécessaire avant d’effectuer la retouche (à droite)

 

Les pigments utilisés pour la retouche

Les pigments utilisés pour la retouche

 

 

 

 

 

 

 

 

La retouche, un travail de précision

La retouche, un travail minutieux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etape 4 : consolidation générale

Un consolidant très odorant (d’où le port d’un masque) est appliqué sur l’ensemble de la couche picturale. Outre son action consolidatrice, il protègera la toile d’un empoussièrement trop rapide et permet également de saturer les couleurs.

Un consolidant très odorant (d’où le port d’un masque) est appliqué sur l’ensemble de la couche picturale. Outre son action consolidatrice, il sature les couleurs et protègera la toile d’un empoussièrement trop rapide.

 

Résultats de la restauration

Encadrées par deux restaurateurs professionnels (Jin Yong Lim et Jin Yu Lee) et deux professeurs de l’école (Olivier Nouaille et Marguerite Szyc), Alexandra, Amélie, Emilie, Iris, Laëtitia et Mathilde ont atteint les objectifs qui leur avaient été assignés : l’adhésion entre la toile et le mur a été restaurée, la toile a été consolidée et sa planéité rétablie, la couche picturale – désormais beaucoup plus homogène – a retrouvé toute sa lisibilité.

Grâce à ce travail, la salle du conseil municipal est aujourd’hui beaucoup plus lumineuse. Le décrassage a permis de mettre en lumière les subtilités de la couche colorée dont les nuances ocre rouge ont retrouvé leur éclat. Enfin, la restauration a permis de redécouvrir la finesse du travail de Pierre-Louis Cadre qui, malgré l’importance de ses décors muraux (ici, plus de 70 m² !), peignait toujours avec le souci du détail.

Dans cette scène, le nettoyage de la couche picturale a permis de redonner tout leur éclat aux tonalités ocre rouge du bouquet tenu par la petite fille.

Le nettoyage de la couche picturale a permis de redonner tout leur éclat aux tonalités ocre rouge du bouquet tenu par la petite fille.

La restauration a révélé le souci du détail de Pierre Cadre. Sur cette scène de marché, le climat est perceptible : l'homme a le nez frigorifié et la femme exhale, en parlant, un nuage de chaleur.

La restauration a révélé le souci du détail de Pierre Cadre. Sur cette scène de marché, le climat est perceptible : l’homme a le nez frigorifié et la femme exhale, en parlant, un nuage de chaleur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conformément à la déontologie de la conservation-restauration, l’équipe a agi avec le constant souci de préserver les éléments d’origine, tout en utilisant – dans la mesure du possible – des matériaux stables et réversibles. 

Une partie de l’équipe reviendra à Pontivy lors des journées du patrimoine afin de présenter au public le travail effectué. Rendez-vous en septembre !

Photographies : Ecole de Condé

 

L’équipe de restauration en présence de l’un des restaurateurs ayant encadré le chantier : A l’arrière-plan, de gauche à droite : Mathilde Schoeller, Amélie Castel, Jin Ju Lee (restauratrice-encadrante), Iris Lelièvre. Au premier plan, de gauche à droite : Alexandre Sion, Laëtitia Belgodère, Emilie Brunet.

L’équipe de restauration en présence de l’un des restaurateurs ayant encadré le chantier : à l’arrière-plan, de gauche à droite : Mathilde Schoeller, Amélie Castel, Jin Ju Lee (restauratrice-encadrante), Iris Lelièvre ; au premier plan, de gauche à droite : Alexandre Sion, Laëtitia Belgodère, Emilie Brunet.

Les commentaires et pings sont clos.